Billet 5. La littérature d’aujourd’hui.


Billet 5.

30 mars 20014.

  1. La littérature d’aujourd’hui 

Y-a-t-il une littrature haïtienne ?

-Oui, il y en a. Elles sont mêmes au nombre de trois :

–          La première se situe dans la période pré-indigéniste

–          La deuxième, la période post-indigéniste, issue de la cassure qu’a causée le choc de l’occupation du 1915, contient plusieurs facettes : l’Indigénisme, la Négritude, le surréalisme, le spiralisme et la nouvelle génération des lodyanseurs tels qu’Anglade et Sixto

–          La troisième née en diaspora est  la littérature du dehors.

Cette dernière  est le fruit de l’exode massif causé par la brutalité dictatoriale du régime duvaliériste. Nous tenons à présenter quelques de ses caractéristiques avant de mettre fin à cette partie de notre travail. Elle constitue la composante la plus jeune de l’esprit de l’indigénisme. Son lectorat étant de diverses régions du monde, c’est une littérature multilinguistique. Elle empile un corpus littéraire assez volumineux qui tient un regard authentique sur les « péripéties du vieux nègre » vivant en diaspora et au pays.  En l’occurrence, citons tous les romans d’Ewidge Danticat et comme modèle, écoutons ce texte d’Emile Ollivier (1940-2002) de Jean Laforest (1940- 2010) et d’Anthony Phels (…), Pierrot le noir[1],  dans lequel s’exprime les pleurs de la diaspora et l’odyssée de sa souffrance qui la poursuit en terre étrangère :

Nous parcourons toutes les routes du monde : boulevards interminables de Paris, subways assourdissants de New York, terrains vagues de la Chine des gardes rouges. Nous parcourons toutes les routes du monde, et dans nos corps, le vol noir des ortolans sur la plaine, le matin tropical peuplé de mille bruits de marmaille d’espérance, routes sèches du Congo diamantifère, rues, ruelles minables de Montréal, broadways de toutes les Belgique, downtown de toutes les villes, il n’est point motte d’asphalte dont nos pieds n’aient emporté poussière. Nous sommes la nouvelle race des errants. […] il n’est point parfum comparable à celui des lavandières, point de musique hors des tambours noctambules de la Caraïbe des chaleurs.

Nous sommes les nouveaux errants. Notre terre promise n’est nulle part. Nous n’avons besoin d’aucun territoire. Nos vingt-huit mille kilomètres carrés nous suffisent amplement. Soyez assuré Monsieur le Secrétaire Général, que nous planterons en pleine tempête la rosace des vents contraires. Et puisqu’il nous sera donné de bâtir, nous serons les cavaliers à l’extrême pointe de l’orage, et nous chevaucherons des montures de feu, nous prendrons, s’il le faut, l’apparence de l’invisible, maître des carrefours giratoires. Vienne l’apparence de l’invisible. Vienne l’occupation des carrefours. Vienne le chemin des écoliers. Vienne le cri moins strident que la blessure.

Et puisqu’il nous est donné de bâtir, vienne la foi des bâtisseurs de cathédrales. Et puisqu’il nous est donné de construire, nous ferons la demeure de l’homme, au surlendemain de ce jour tout neuf tout beau, au surlendemain des cérémonies marquant l’aube d’un jour tout neuf tout beau. Nous ne sommes pas des fabricants de rêves. Nous lisons l’avenir dans les lignes de l’histoire, car la guerre est entrée dans notre vie, comme une femme imaginaire soudain retrouvée.

Toute la violence du poème pour une cartouche, route incommensurable qui mène au cœur de l’homme. Toute la chaleur du poème pour une tranchée, habitacle de vers à ronger le cadavre de la nuit. Et s’il m’était permis une prière toute païenne, je dirais ô compagnons aux pieds poudrés, Pierrots le Noir de tous les continents : nos vingt-huit mille kilomètres carrés sont à conquérir.

Nous avons retracé les faits importants du mouvement indigéniste; avons aussi fait l’éloge du mouvement de la Négritude qui en s’inspirant du réalisme social et de l’esthétique populaire a su donner une place noble à nos paysans et à ce peuple qui trop souvent ont été dédaignés ou ridiculisés par des auteurs peu clairvoyants.  Pourtant, bien que  ces mouvements soient bénéfiques lorsqu’ il s’agit de revendiquer notre authenticité littéraire, ils ne devraient pas être la « tour » ou « la cathédrale » qui abrite le moi intérieur haïtien, mais juste des avenues destinées à l’aboutissement de la Créolité/Haïtianité.  Pierrot le noir, en est pour nous un exemple vivant d’un texte qui illustre le futur de la Créolité/Haïtianité.  Ce texte moderne inspiré de l’oraliture qui évoque la situation des haïtiens en terres étrangères, un thème nouveau dans l’histoire de notre littérature. Il ne parle pas de doumboueil de mon pois, ou de thé de z’herbe à clou, pourtant le souffle du terroir est omniprésent. Dans un ton pathétique, il évoque l’errance de la diaspora haïtienne, la dureté de la vie en terre étrangère : « Nous sommes les nouveaux errants/ Notre terre promise n’est nulle part/  Nos vingt-huit mille kilomètres carrés nous suffisent pleinement ». La métaphore est claire, il compare la diaspora haïtienne aux juifs errants attendant la terre promise. Haïti  qui est représentée par sa superficie évoque le thème de la nostalgie. Mais tout de suite après cet énoncé, il se voit plus comme un résigné ou un fataliste. C’est dans un ton épique centré  sur des sentiments nationalistes et revendicatifs qu’il menace son adversaire : «Soyez assuré Monsieur le Secrétaire Général, que nous planterons en pleine tempête la rosace des vents contraires ».  Puis d’un ton plutôt lyrique, il évoque la volonté de rebâtir et de reconstruire la nation : « Et puisqu’il nous est donné de bâtir, vienne la foi des bâtisseurs de cathédrales. Et puisqu’il nous est donné de construire, nous ferons la demeure de l’homme, au surlendemain de ce jour tout neuf tout beau, au surlendemain des cérémonies marquant l’aube d’un jour tout neuf tout beau ». Terminons en notant l’emploi de ce registre langagier tout à fait bruni sous les tropiques : «Et puisqu’il nous sera donné de bâtir, nous serons les cavaliers à l’extrême pointe de l’orage, et nous chevaucherons des montures de feu, nous prendrons, s’il le faut, l’apparence de l’invisible, maître des carrefours giratoires. Vienne l’apparence de l’invisible ». Cette courte citation est constituée d’un champ lexical qui traduit de façon métaphorique les bienfaits du vodun dans le processus de développement. En l’occurrence citons : nous chevaucherons des montures, l’invisible, maître des carrefours[2].

 

Avant de nous arrêter, faisons une brève évaluation du parcours qu’on a suivi. Le texte  Pierrot le noir  nous sert d’un illustre exemple de la synthèse Créolité/Haïtianité, le concept qui nous a permis d’élucider la problématique de l’identité littéraire. Il a su démontrer aussi la beauté de la littérature haïtienne quand elle est inspirée de sa culture. Nous avions, en maintes occasions, rattaché Créolité à  Haïtianité, car comme l’affirme Crossley, les cultures de la Caraïbe sont des cultures dites créoles, par contre, elle trouve qu’à l’intérieur de la Créolité chaque pays possède et conserve sa spécificité. La nôtre, née sur le sol des Arawaks, Haiti, s’abreuve aux sources françaises et africaines (Bernadette Carré Crosley p 157).   L’identité nationale du texte, Pierrot le noir,  est  évidente tant par le choix du champ lexical que par la chronique de l’actualité politique que le texte évoque.  Nous remarquons, également, outre sa richesse en matière folklorique, le texte a une  certaine inclinaison vers la lodyans. En se faisant le narrateur de la vie du vieux nègre  en diaspora, le poète effleure le style du lodyanseur. Son texte comme les lodyans s’avère plus émouvant à l’écoute qu’à la lecture.  Cependant,  dire que pierrot le noir est une lodyans est une  assertion que nous faisons avec beaucoup de réserve ou peut-être même erronée, car des cinq caractéristiques  de la lodyans la « cadence » qui fait  rire lui fait défaut bien que l’effet de l’oraliture et la mosaïque, qui sont des aspects primordiaux de la lodyans  soient omniprésentes. Nous reviendrons à ces aspects, plus tard dans le chapitre de la Morphologie de la lodyans.

        Conclusions :

Dans ce chapitre,  nous avons présenté et analysé l’importance de la proclamation de l’acte de l’indépendance face au processus du développement de l’identité littéraire nationale, nous avons pu faire remarquer que notre identité culturelle constituait de trois apports: L’apport Taïno ou Arawak, l’apport africain et l’apport français. C’est de ce cousinage qu’est née la langue vernaculaire formée d’une sémantique d’origine africaine et de mots français aussi bien que la littérature qui découle aussi de ces apports. Nous  avons aussi faire remarquer que les premiers romanciers réalistes employaient la diglossie pour imiter le parler des gens de chez nous, ainsi ils réussissaient à produire une littérature folklorique.  Puis, nous nous sommes laissés guidés dans cette recherche par l’importance du folk-lore en tant que « Salut », le seul est capable de nous racheter de l’imitation ou sauver notre identité littéraire, pour dire comme Nau. Parmi les grands défenseurs de ce folk-lore nous avons cité le  Dr. Price-Mars.        

Parvenus à ce stade de notre investigation, nous sortons  convaincus d’avancer que la Créolité/ Haïtianité est le concept de base de la lodyans, un genre issu du folk-lore.

Notre long débat sur la quête de l’identité nationale, nous a permis aussi de constater que la lodyans de par ses caractéristiques est le genre qui exprime le plus fidèlement le moi haïtien.

Ayant démontré l’importance de la lodyans dans la littérature, ayant fait son étude socio-historique,  nous souhaitons continuer notre étude en explorant les caractéristiques qui régissent cet art, ce que dans l’exercice de notre recherche, nous surnommons la  morphologie de la lodyans.


[1]  Laforest Emile Ollivier et Anthony Phelps. «Pierrot le fou ».  [Mise en ligne : 17 avril 2007]. http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/phelps_pierrot.html. (Page consultée le 17 avril 2014).

 

[2] Dans le vodun quand l’esprit (lwa) se manifeste chez l’adepte qui est la monture on dit qu’il est chevauché par l’esprit.

L’invisible veut aussi dire le monde des esprits. Dans le vodun il est perçu comme une force, une énergie omniprésente qui assiste le vivant

Maitre de carrefour est le dieu des carrefours. Il correspond à Elegba à Cuba, et à Eshu au Brésil et représenté par le Saint Pierre dans l’église catholique.


[i] Konbit


Carey Dardompré

Né en Haïti et domicilié aux U.S.A., professeur Certifié de Français Langue Etrangère. Thèse doctorale -soutenue à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris-3 en février 2018- portant sur le sujet : La lodyans, un romanesque haïtien: perspectives historique, poétique et didactique,: .

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Serge Martin dit :

    Il faudrait dans vos billets mieux dissocier votre texte des citations: il suffit de faire une justification différente aux paragraphes de citations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search